Enfermé.e – Jacques Saussey

ENFERME.E est un roman à part dans le parcours de Jacques Saussey, un roman très personnel, un roman noir qui brise un sujet encore tabou aujourd’hui.

ENFERME.E est un long cri d’amour.
Une claque magistrale.
Un coup de poing d’une violence inouïe.

A travers l’histoire de Virginie, sa vie de transexuelle, sa quête d’identité et sa terrible vengeance, ce récit nous plonge dans l’horreur des violences faites aux femmes, dans l’enfer des prisons, la prostitution, l’éducation et la religion, le rejet de la différence et l’homophobie.

Jacques Saussey a une plume magnifique, elle va à l’essentiel et nous fait ressentir les émotions puissance mille. Chaque mot est à sa place, même le plus dur, aucune surenchère gratuite, aucun pathos. Tout sonne juste dans cette histoire bouleversante ancrée dans une triste réalité.

Un concentré d’émotions. Plus d’une fois, une boule s’est formée dans ma gorge, mon coeur s’est serré, mes tripes se sont retournées et mes larmes ont coulé. J’ai pleuré pour Virginie, pour toutes les Virginie du monde.

ENFERME.E, une lecture sombre, brutale, sublime, percutante, poignante, dérangeante, déstabilisante.
Une lecture pleine de sensibilité, d’amour et d’espoir.  Au plus profond des ténèbres, la lumière peut jaillir.

A lire de toute urgence. Lisez-le ! Lisez-le ! LISEZ-LE !

Un tout grand merci à Jacques Saussey d’avoir osé prendre des risques pour donner la parole à Virginie. Un coup au coeur indescriptible qui me touche dans le tréfonds de mon être.

La page « Repères » en fin d’ouvrage (les dates, les chiffres, classifications des maladies mentales) me donne envie de hurler de rage et la page « Note de l’auteur » me donne envie de serrer l’auteur dans mes bras.

Une mention toute spéciale pour la couverture en relief, elle est juste sublime.

Je remercie chaleureusement les éditions French Pulp pour leur confiance. Je les remercie d’avoir publié ce roman osé et engagé.

4ème Couverture

« Si je ne peux pas être qui je suis, je préfère être morte plutôt qu’être emprisonnée dans un corps qui n’est pas le mien »

Les premiers papillons ont éclos derrière ses paupières. Elle en avait déjà vu de semblables, enfant, un été au bord de l’océan, jaunes et violets contre le ciel d’azur. Elle était allongée au soleil, l’herbe souple courbée sous sa peau dorée. Le vent tiède soufflait le sel iodé de la mer dans ses cheveux. Aujourd’hui, l’astre était noir. Le sol dur sous ses épaules. Et l’odeur était celle d’une marée putride qui se retire. Les papillons s’éloignaient de plus en plus haut, de plus en plus loin. Et l’air lui manquait. Lui manquait…
Elle a ouvert la bouche pour respirer un grand coup, comme un noyé qui revient d’un seul coup à la surface.
Les papillons ont disparu, brusquement effrayés par un rugissement issu du fond des âges…

Editeur: French Pulp (coll. Roman noir), 383 pages, date sortie: 11 octobre 2018

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *