Les enfants de Venise – Luca di Fulvio

Prenez votre billet pour Venise et offrez vous un FABULEUX et EXTRAORDINAIRE voyage !

UN SERENISSIME COUP DE COEUR !!!

Une vrai plaisir de lecture qui vous évadera complètement, vous oublierez tout ce qui vous entoure: vos horaires, votre boulot, votre vie sociale, vos soucis…

Comment ne pas être emporté et séduit par cette magnifique histoire ?  800 pages de pur bonheur qui se dévorent quasi d’une traite, une saga pleine de suspense qui rythmera et envahira vos journées et vos nuits.

Luca di Fulvio est un fabuleux raconteur d’histoires, quel sacré talent et quelle fougue il a pour nous tenir en haleine de la première à la dernière page d’une aventure qui en compte près de 800.

Un savant mélange d’histoire, d’aventure et de romanesque. C’est émouvant, palpitant, passionnant et bouleversant.  Une fresque historique unique qui nous immerge complètement dans la Venise du XVIè siècle et nous balade à travers le Rialto, le Canal grande, les calli, campi, sotoportegi de la Sérénissime.  Des milliers de détails rendent les descriptions si réalistes;  tout y est ! les couleurs, les images, les bruits, les odeurs, l’ambiance si particulière… une jouissance pour l’amoureuse-connaisseuse de Venise que je suis.

Luca di Fulvio nous raconte la vie quotidienne de la ville, la misère de ceux qui tentent de survivre comme ils peuvent, les prostituées et l’épidémie du mal français, le ghetto juif, le pouvoir de l’église.

On suit les aventures d’une bande de gamins des rues, ils nous parlent de l’enfance, de l’amitié, de la découverte de l’Amour, des rêves, des ambitions, d’honneur et de trahison.

Un magnifique récit d’apprentissage et d’initiation.

Un livre qui se lit comme un film tant l’écriture est visuelle. On est là, tout juste à côtés des personnages, on les voit, on les entend, on a presqu’envie de leur parler.  Des personnages hauts en couleurs et si attachants. On les aime, on les déteste mais aucun ne laisse indifférent.  On croise des gamins paumés, des petits escrocs, des vrais méchants repoussants, des rêveurs, des amoureux, un médecin juif, un moine fou, un capitaine…

L’auteur a l’art de jouer avec nos émotions et nous fait passer du rire aux larmes en un instant.  J’ai tremblé, j’ai ri, j’ai pleuré, j’ai espéré, j’ai respiré aux côtés de Mercurio, Giuditta, Isacoo, Anna…

Plus la fin approchait, plus je ralentissais le rythme pour ne pas atteindre la dernière page.  Je regrette au final qu’il n’y ait que 797 pages et non 1500.  Un livre dont je ne voulais pas sortir, je l’ai refermé à regret, en me sentant orpheline.  Arriverdeci,  Mercurio, Giuditta, Zolfo, Anna, Isacoo, Lanzafame… vous me manquez déjà.

Jetez vous sans hésiter dans les canaux de Venise, vous ne le regretterez pas.

Grazie mille e congratulazioni signor Luca di Fulvio per il vostro eccellente romanzo !

Merci aux Editions Slatkine & Cie.  Je tiens à souligner l’excellente qualité d’impression, le choix d’un papier doux et épais, de toute beauté.  Un régal pour les yeux !

J’ai aussi envie de féliciter Françoise BRUN pour sa formidable traduction de l’italien, un travail colossal et particulièrement réussi !

 

4ème Couv.

Le nouveau roman-événement de Luca di Fulvio, auteur du Gang des rêves !

Après l’Amérique des années 20, c’est cette fois-ci la Venise de la Renaissance que l’auteur va choisir comme cadre et comme ancrage de son récit ; un récit à couper le souffle qui reprend certains motifs déjà présents dans le Gang des rêves. Des jeunes gens qui feront tout pour réaliser leurs rêves les plus fous; l’amour qui s’affranchit de tous les obstacles, même les plus insurmontables; la misère et la violence sociale en toile de fond, mais décrite toujours avec justesse et sans voyeurisme; la question, enfin, de l’identité et de l’être au monde. Pour porter l’intrigue aux multiples rebondissements, le narrateur se démultiplie, l’histoire est racontée par plusieurs personnages, dont les destins sont irrémédiablement liés : un jeune voyou, pickpocket à ses heures perdues, une jeune fille juive qui possède un talent singulier et sans limites, son père enfin, avec qui elle entretient une relation difficile mais pleine d’amour…

Avec Les enfants de Venise, Di Fulvio s’impose donc vraiment comme le maître des sagas qui se dévorent aussi vite qu’une nouvelle…

Editeur: Slatkine & Cie, 797 pages, sortie le 4 mai 2017

2 réflexions au sujet de « Les enfants de Venise – Luca di Fulvio »

  • 19 mai 2017 à 14 h 26 min
    Permalink

    Bonjour,
    Je viens de terminer « Les enfants de Venise » que j’ai lu d’une traite. Pour moi aussi, les 800 pages ont défilé à grande vitesse. L’écriture est très visuelle en effet, et je verrais bien l’intrigue adaptée pour le cinéma ! Pourtant fervente de littérature italienne, je ne connaissais pas Luca di Fulvio et c’est une très belle découverte. Comme celle de ton blog d’ailleurs ! A bientôt.

    Répondre
    • 19 mai 2017 à 17 h 15 min
      Permalink

      Je te remercie beaucoup pour ton commentaire. As tu lu Le gang des rêves de Luca di Fulvio, il vient de sortir en poche. C’est un auteur de plus que je vais suivre de très près…

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *