Le dompteur de lions – Camilla Läckberg

On ne présente plus Camilla Läckberg !

Des hauts et des bas dans sa série… Elle a commencé fort avec son premier tome La princesse des glaces (2008), s’est vite essoufflée à partir du 3è opus en recyclant toujours la même recette, nous a surpris avec l’excellent « L’enfant allemand » (5è opus), s’est re-essoufflée par la suite…

Si comme moi, vous étiez sur le point d’abandonner la série, enough is enough, LE DOMPTEUR DE LIONS (9ème opus) vous réconciliera avec Camilla Läckberg, c’est un de ces grands crus !

On retrouve avec plaisir Erica, Patrick et toute la quirielle de protagonistes auxquels on s’est attaché au fil des épisodes.

Comme toujours, le même schéma narratif, les mêmes ficelles, deux histoires en parallèle (le passé et le présent) qui s’entremêlent, pour se rejoindre à la toute fin, des chapitres courts, une écriture efficace, le sens du rythme, une très bonne intrigue qui nous tient en haleine jusqu’au bout. Complexe, tordue, beaucoup plus glauque et noire que d’habitude (ça fait un bien fou !) et un final explosif !!!

Lire Camilla, c’est comme retrouver de vieux amis, on sait qu’on va passer un bon moment, sans se prendre la tête… C’est confortable, ça fait du bien… Pourquoi bouder notre plaisir ?

4ème Couv.

C’est le mois de janvier et un froid glacial s’est emparé de Fjällbacka. Une fille à demi nue, surgie de la forêt enneigée, est percutée par une voiture. Lorsque Patrik Hedström et ses collègues sont prévenus, la jeune fille a déjà été identifiée. Il s’agit de Victoria, portée disparue depuis quatre mois. Son corps présente des blessures qu’aucun accident ne saurait expliquer : ses orbites sont vides, sa langue est coupée et ses tympans percés. Quelqu’un en a fait une poupée humaine. D’autres cas de disparitions dans les environs font redouter que le bourreau n’en soit pas à sa première victime. De son côté, Erica Falck commence à exhumer une vieille affaire pour son nouveau bouquin. Une femme purge sa peine depuis plus de trente ans pour avoir tué son mari, un ancien dompteur de lions, qui maltraitait leur fille avec sa complicité passive. Mais Erica est persuadée que cette mère de famille porte un secret encore plus sombre. Jonglant entre ses recherches, une maison en perpétuel désordre et des jumeaux qui mettent le concept de l’amour inconditionnel à rude épreuve, elle est loin de se douter que pour certains, l’instinct maternel n’a rien de naturel… Avec ce neuvième volet de la série Fjällbacka, Camilla Läckberg signe un polar crépusculaire et violent. La reine du noir nordique s’y montre plus indomptable que jamais.

Editeur: Actes Sud (Actes noirs), 392 pages, sortie le 11 mai 2016

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *