Comme de longs échos – Elena Piacentini

Je suis conquise et sous le charme !

C’est mon premier pas dans l’univers d’Elena Piacentini, j’avoue honteusement… je n’ai pas lu sa série avec le commandant Pierre-Arsène Leoni.  Je la découvre avec une nouvelle série mettant en scène la capitaine Mathilde Sénéchal.

Une enquête complexe, bien ficelée, pertinente, qui laisse la part belle aux personnages et aux relations entre eux.  Des personnages au caractère bien trempé, attachants, avec une réelle épaisseur et une belle humanité.

J’ai été très sensible à son style, une écriture directe mais ciselée, précise dans les détails, savoureuse, non dénuée d’une certaine poésie.

Le rythme est soutenu, on ne s’y ennuie pas une seule seconde.

Elena Piacenti  nous questionne sur notre société qui ne tourne pas rond, elle nous ouvre les yeux, nous fait réfléchir, nous conscientise.

C’est noir, subtil, intelligent et d’une grande finesse.

Si vous ne connaissez pas Elena Piacentini, lisez-là ! Une grande dame dans le monde du polar français.

Je remercie chaleureusement les éditions Fleuve Noir pour leur confiance.

4ème Couverture

 » Partout, les monstres sont chez eux…  »
Vincent Dussart est sûr de son coup.
Ce break imposé par sa femme va prendre fin aujourd’hui. Il n’a rien laissé au hasard. Comme toujours.
Confiant, il pénètre dans la maison de son épouse. Le silence l’accueille. Il monte les escaliers. Puis un cri déchire l’espace. Ce hurlement, c’est le sien. Branle-bas de combat à la DIPJ de Lille. Un mari en état de choc, une épouse assassinée et leur bébé de quelques mois, introuvable. Les heures qui suivent cette disparition sont cruciales. Le chef de groupe Lazaret et le capitaine Mathilde Sénéchal le savent.
Malgré ses propres fêlures, ou peut-être à cause d’elles, Sénéchal n’est jamais aussi brillante que sous la pression de l’urgence. Son équipe s’attend à tout, surtout au pire. À des milliers de kilomètres, un homme tourne en rond dans son salon. L’écran de son ordinateur affiche les premiers éléments de l’affaire. Ce fait divers vient de réveiller de douloureux échos…

Editeur: Fleuve noir, 288 pages, date sortie: 24 août 2017

2 réflexions au sujet de « Comme de longs échos – Elena Piacentini »

  • 24 août 2017 à 13 h 15 min
    Permalink

    Merci, Nadia, pour cette chronique aussi subtile qu’un parfum. Et bravo pour avoir « flairé » les éléments qui me tenaient à coeur. Il vous reste à découvrir Leoni Amicalement. Elena.

    Répondre
    • 24 août 2017 à 14 h 35 min
      Permalink

      Merci pour vos mots Elena. Je découvre Leoni au plus vite, c’est promis. Amicalement. Nadia

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *