Le cheptel – Céline Denjean

Je vais vous avouer un secret…

Une grande histoire d’amour est née entre Céline Denjean et moi, et j’ai comme l’impression qu’elle va durer longtemps.
Je l’ai découverte l’an dernier.  Au détour d’une flânerie en librairie, j’ai acheté Voulez-vous tuer avec moi ce soir, une belle surprise et un premier roman très prometteur.
Je me suis jetée immédiatement sur La fille de kali et là …comment vous dire ?  Un énorme coup de coeur. Un saut quantique entre les deux romans. Une seule certitude s’imposait à moi: j’allais suivre Céline de très près.

C’est avec une certaine peur au ventre que j’ai entamé Le cheptel.
Et si j’étais déçue ?  Et si la magie n’opérait plus ?

Je ne vous parlerai pas beaucoup de l’histoire sous peine de trop en dévoiler. Trois intrigues qui s’entremêlent, se télescopent et finissent par se rejoindre.  Louis Barthes, un vieux notaire, découvre son acte de décès dans les papiers de son père.  Il serait mort bébé. ll entame des recherches pour remonter son histoire.  Une jeune femme, bizarrement accoutrée, est retrouvée assassinée et mutilée en Lozère. Elle a fait l’objet d’une chasse à l’homme. Un jeune garçon de 13 ans tombe dans un torrent lors d’une randonnée.  Il s’en sort, cherche de l’aide et tombe dans une étrange communauté vivant hors du temps.

Je vous conseille vivement de lire d’abord La fille de kali car nous retrouvons certains protagonistes et la capitaine Eloïse Bouquet.

Avant d’entamer Le cheptel, prévoyez 48 heures de libre, casez les gosses, le chien, l’amoureux, mettez vous aux abonnés absents, pensez à boire et manger de temps à autre.  Et accrochez vous !
Il y a un petit temps que je n’ai lu un thriller aussi addictif.  Un thriller électrique qui vibre à 200 000 volts où les chapitres se déroulent à un rythme infernal.  La construction vertigineuse aux multiples ramifications nous tient sous pression constante.  650 pages qui se lisent toutes seules, sans temps mort, sans une seconde d’ennui, un sacré tour de force !

Le chelptel est un thriller diabolique, hors norme qui aborde les thèmes des sectes et de la manipulation des masses, de la filiation et la fidélité au clan familial, de la vengeance, du devoir de mémoire, des pans oubliés de l’histoire.

Une fois de plus les femmes ont la part belle, qu’elles soient flics, gourous ou tueuses, les personnages féminins sont d’une force incroyable.

La plume est belle, de plus en plus belle, le style fluide et soigné.

L’auteure sème beaucoup d’indices, vers la moitié du récit, très fière de ma perspicacité, j’ai cru deviner quelque chose. Et zut, j’ai été complètement bluffée. Céline Denjean balade son lecteur sur de fausses pistes, elle est passée maître dans l’art de la tromperie.
L’intrigue est originale et alambiquée, une imagination sans limite pour un scénario en béton armé.  Les rebondissements se multiplient, le suspense s’intensifie, cela devient carrément haletant, difficile de lâcher l’histoire jusqu’à l’époustouflant final.

Un vrai bonheur de lecture, un MUST à découvrir de toute urgence.
Du grand art, une totale réussite !  C’est pour lire de telles pépites que je suis serial lectrice.

Céline Denjean a un talent fou, elle a frappé très fort et est entrée à grands pas dans la cour des toutes grandes dames du polar.  Vous n’avez pas fini d’en entendre parler.

LE CHEPTEL …  il faut le lire un point c’est tout ! (et en parler autour de vous !)

Je remercie chaleureusement Céline Denjean et les éditions Marabout pour leur confiance.

4ème Couverture

Le corps d’une jeune femme est retrouvé en Lozère. Au regard des éléments qu’ils détiennent, les enquêteurs de la SR de Nîmes se forgent rapidement un avis : elle a fait l’objet d’une chasse à l’homme… Pour le capitaine Merlot, d’Interpol, les conclusions médico-légales placent cette victime dans une longue série. Les gendarmes nîmois vont alors apprendre à leur grande stupéfaction, qu’Interpol tente depuis vingt-cinq ans de démanteler un réseau de trafic d’êtres humains. Louis Barthes, notaire à la retraite, est à la recherche de sa soeur jumelle dont il ignorait l’existence. Ses démarches vont a peu à peu le faire remonter jusqu’à une poignée d’orphelins juifs dont la fuite vers l’Espagne s’est arrêtée dans les Pyrénées… Jeune adolescent de 13 ans, surdoué, Bruno passe des vacances dans les Pyrénées quand il tombe dans un dangereux torrent et est emporté par les flots. Il parvient miraculeusement à s’extirper des eaux tumultueuses, et cherchant de l’aide, découvre une communauté vivant hors temps et hors réalité dirigée par une grande prêtresse qui se fait appeler Virinaë. Trois fils que Céline Denjean tisse ensemble dans un suspens et une tension exceptionnels, et surtout avec sa remarquable maîtrise du récit révélée dans ses précédents romans.

Editeur: Marabout, 656 pages, date sortie: 17 janvier 2018

2 réflexions au sujet de « Le cheptel – Céline Denjean »

  • 19 février 2018 à 9 h 11 min
    Permalink

    Merci pour votre enthousiasme et le partage de votre chronique. Blogueuse et chroniqueuse, je m’intéresse de près aux auteurs d’occitanie et comme vous j’ai découvert Céline Denjean l’année dernière. J’ai lu et beaucoup aimé « la fille de kali ». Il me reste à découvrir « le cheptel »…

    Répondre
    • 19 février 2018 à 9 h 39 min
      Permalink

      Un tout grand merci pour votre retour, c’est toujours un grand plaisir pour moi de partager mes ressentis lectures.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *