Une forêt obscure – Fabio Mitchelli

J’avais bien aimé La compassion du diable, mais là, je suis scotchée… sans voix face à cette bombe, cette merveille de perfection.

Un thriller psychologique sous haute tension.
Un thriller glaçant, terrifiant, sombre, très noir… maitrisé jusqu’au moindre détail.

L’auteur nous happe dès les premières pages et ne nous offre pas une minute de répit, pas une seconde pour respirer.

Comme dans La compassion du diable, Fabio Mitchelli s’inspire de deux affaires réelles de tueurs en série pour mêler fiction et réalité. Les histoires s’alternent, se croisent dans ce roman choral passionnant mêlant prostitution, pédophilie, séquestration, tortures, meurtres…

Il y a aussi de l’amour et de la beauté dans cette noirceur.

J’ai aimé tous les personnages mais les deux héroïnes flics sont extraordinaires, Louise et Carrie, deux écorchées vives, fragiles et abimées par la vie.

L’écriture est efficace, fluide, addictive, ciselée à la perfection.

Un époustoufflant final qui fait froid dans le dos.
Il laisse présager une suite ?

Fabio Mitchelli au sommet de son art, du très grand art.

N’hésitez pas à plonger dans cette Forêt obscure, vous ne regretterez pas le voyage !!!

4ème Couv.

 » Je n’ai rien d’un monstre. Je suis là uniquement pour nourrir l’esprit de la forêt, en lui offrant la chair de la jeunesse.  » Daniel Singleton, alias Robert Christian Hansen (1939-2014), le monstre d’Anchorage.
À Montréal, Luka diffuse sur le Web les images des animaux qu’il torture, puis celles de son amant qu’il assassine à coups de pic à glace. Pour enquêter sur une telle affaire, il faut un flic borderline comme Louise Beaulieu.
En Alaska, dans la petite ville de Juneau, deux jeunes filles sont découvertes en état de choc. Pour comprendre, il faut un flic comme Carrie Callan, qui va exhumer les vieux secrets et regarder le passé en face.
Le point commun à ces deux affaires : Daniel Singleton, un tueur en série. Du fond de sa cellule, il élabore le piège qui va pousser Louise à aller plus loin, toujours plus loin… Jusqu’à la forêt de Tongass, là où le mensonge corrode tout, là où les pistes que suivent les deux enquêtrices vont se rejoindre.
Ce roman est librement inspiré du meurtre commis par Luka Rocco Magnotta en 2012, ainsi que des crimes de Robert Christian Hansen, qui a violé et assassiné 17 femmes entre 1971 et 1983.

Editeur: Robert Laffont/La bête noire, sortie le 15 septembre 2016, 416 pages

Le cri – Nicolas Beuglet

Conquise et captivée dès les premières pages de cet excellent thriller !

Une histoire trépidante et jubilatoire, un rythme époustoufflant qui file à 150 à l’heure, sans aucun temps mort.

L’intrigue est passionnante, basée en partie sur des faits réels et secrets menés par les autorités militaires, la CIA… des expérimentations scientifiques et psychologiques.

L’auteur est scénariste, cela se sent dans son écriture fluide et très visuelle. Les chapitres sont courts, on tourne les pages sans pouvoir s’arrêter.

Chaque page apporte son lot de questions et de rebondissements, le rythme s’accélère de plus en plus, une vraie course contre la montre pour nos deux héros. Sarah, l’inspectrice norvégienne et Christopher, le journaliste forment un tandem touchant et attachant.

Je l’ai avalé en un jour et demi mais j’ai dû faire quelques petites pauses, pour éviter l’infarctus, tant la tension était grande.

Un divertissement très intelligent et addictif.

Oh my god, quel bouquin !!!   J’ai poussé un véritable CRI à la toute fin.

Nicolas Beuglet a écrit un premier livre, sous le nom de Nicolas Sker « Le premier crâne » (chez Michel Lafon)

4ème Couv.

Hôpital psychiatrique de Gaustad, Oslo. À l’aube d’une nuit glaciale, le corps d’un patient est retrouvé étranglé dans sa cellule, la bouche ouverte dans un hurlement muet. Dépêchée sur place, la troublante inspectrice Sarah Geringën le sent aussitôt : cette affaire ne ressemble à aucune autre…

Et les énigmes se succèdent : pourquoi la victime a-t-elle une cicatrice formant le nombre 488 sur le front ?    Que signifient ces dessins indéchiffrables sur le mur de sa cellule ?    Pourquoi le personnel de l’hôpital semble si peu à l’aise avec l’identité de cet homme interné à Gaustad depuis plus de trente ans ?

Pour Sarah, c’est le début d’une enquête terrifiante qui la mène de Londres à l’île de l’Ascension, des mines du Minnesota aux hauteurs du vieux Nice.

Soumise à un compte à rebours implacable, Sarah va lier son destin à celui d’un journaliste d’investigation français, Christopher, et découvrir, en exhumant des dossiers de la CIA, une vérité vertigineuse sur l’une des questions qui hante chacun d’entre nous : la vie après la mort…

Et la réponse, enfouie dans des laboratoires ultrasecrets, pourrait bien affoler plus encore que la question !

Inspiré par des découvertes et des événements réels, Le Cri renvoie à nos peurs les plus intérieures. Un thriller sur la folie des hommes et le danger d’une science dévoyée, transformée en arme fatale.

Editeur: XO, sortie le 8 septembre 2016, 494 pages

Lynwood Miller – Sandrine Roy

Un aveu pour commencer… Je n’ai pas lu ce livre, je l’ai dévoré littéralement avec un immense plaisir !!!

Allez savoir pourquoi, mais je m’attendais à un gentil petit polar français et vlan, c’est tout l’inverse qui est arrivé … une énorme et belle surprise.
J’hésite entre coup de coeur ou coup de foudre immédiat !

On a du mal à croire que c’est un premier roman tant il est abouti, maîtrisé.

Sandrine Roy doit être née avec une plume en main, et quelle plume ! un talent fou et inouï !

J’aime beaucoup l’accroche qui nous dit « roman policier mais pas que »

Dès les premières pages, j’ai été happée par l’histoire, j’ai tourné frénétiquement les pages, aucun répit dans l’action, les rebondissements s’enchaînent, les questions se multiplient, mais pourquoi veut on tuer Elie ? le suspense augmente, je me ronge les ongles au passage… le surnaturel pointe le bout du nez et l’amour est au rendez vous !

J’ai par dessus tout adoré les personnages, avec leur petit grain de folie… grosse empathie pour Linwood et Elie.

Quoi, c’est déjà fini ? On n’a vraiment pas envie de les quitter, ils sont tellement attachants.

Mais je jubile en sachant qu’il y aura d’autres aventures d’Elie et Lynwood… Oh oui, oh oui !

J’espère que l’attente ne sera pas trop longue.

Ne passez pas à côté de ce bijou !

4ème Couv.

Elle est jeune, belle et capable de déplacer des objets à distance et de guérir par l’imposition des mains. On cherche à la tuer. Il est beau, Américain, et coule une retraite paisible et prématurée dans les montagnes françaises. C’est un ancien membre des forces spéciales. Il veut la sauver. Ils se sont rencontrés dans des circonstances peu communes : deux malfrats avaient kidnappé la belle et projetaient de l’exécuter. Pas de chance, ils opéraient à deux pas de la bergerie de l’ancien soldat… Gravitent autour de ce duo deux psychiatres allemands au passé chargé ; un jeune hacker un brin introverti partageant son temps entre balades dans ses Pyrénées natales et curieuses missions à travers le monde ; une brigade de policiers d’outre-Rhin ; un commissaire français débonnaire, et un sacré nombre de gens bien décidés à faire disparaître définitivement l’héroïne. De l’action, de l’amour, du suspense, des rebondissements… tous les ingrédients, en somme, d’un roman que ne renieraient pas les maîtres du genre.

Editeur: Lajouanie, sortie le 10 juin 2016, 300 pages

Les supplices de la passion – Marc Gouraud

les-supplices-de-la-passion-marc-gouraudUn auteur à découvrir de toute urgence !!!
Incontournable, indispensable pour tous les amateurs de polars.
Notez et retenez tout de suite son nom: Marc Gouraud

Petit conseil: avant d’entamer la lecture Les supplices de la passion, prévenez votre entourage ou votre employeur que vous êtes totalement indisponible pour deux jours, une fois commencé vous serez aux abonnés absents. Je lis énormément de thrillers et je peux vous dire que celui ci est une pépite du genre.

On suit un serial killer (un fou, tordu, grave malade de chez grave !) et deux flics, Philippe Delmas, une légende et la jeune Julie Fronsac qui intègre son équipe. L’histoire file à 100 à l’heure, avec un suspense d’enfer, mon taux d’adrénaline joue aux montagnes russes, je tourne frénétiquement les pages, il faut que je sache…l’auteur joue avec mes nerfs, quel sadique alors !
Je vous préviens qu’il y a quelques scènes très hard qu’il vaut mieux éviter de lire en sortant de table.

Je me suis beaucoup attachée aux deux flics qu’on apprend à connaître dans leur vie privée et leur passé. Mais je suis tombée littéralement en amour avec Julie Fronsac, intelligente, touchante, drôle.

Une écriture vive, efficace, un rythme excellent.

Et un énorme TWIST final !!!

Chapeau Monsieur Marc Gouraud, vous m’avez bluffée de bout en bout.

Je vous livre un scoop, une bonne nouvelle: le 2ème opus des aventures de Julie Fronsac sera bientôt édité et le 3ème est en cours d’écriture.

Pour vos commandes, c’est chez Edilivre ou directement auprès de l’auteur en MP.

4ème Couv.

Julie Fronsac vient de réaliser son rêve : intégrer l’équipe du Commandant Philippe Dumas au sein de la brigade criminelle de Toulouse. Philippe Dumas est plus qu’un simple flic, presque une légende. Spécialisé dans la traque des pires criminels et la résolution des affaires les plus sordides, le Commandant Dumas a pour lui un palmarès forçant le respect. Mais Julie va devoir composer avec les multiples facettes de son énigmatique chef.
Flic aux méthodes plus que douteuses, amant au pouvoir de séduction fascinant et homme brisé par son passé : Julie découvrira son idole sous un tout autre jour.
Quand un terrible prédateur s’abat sur la ville rose, les heures sont comptées pour faire cesser les abominations du fou sanguinaire. Des heures qui vont plonger Julie dans l’horreur et la mener vers une vérité qu’elle n’aurait jamais pu imaginer !

Editeur: Edilivre, sortie le 11 décembre 2014, 468 pages

Les fauves – Ingrid Desjours

Ce livre est un coup de génie !

Ingrid Desjours nous offre un thriller ancré dans la dure réalité de l’actualité brûlante (le Djihadisme, le terrorisme, l’extrêmisme et le fanatisme religieux). MAIS le thème principal de son livre est la relation entre deux personnes écorchées vives, torturées, blessées…Haiko (jeune journaliste menacée de mort) et Lars (son garde du corps).

Elle nous parle aussi de notre société et toutes ses dérives.

La plume d’Ingrid Desjours est très belle, incisive, addictive, elle nous fait ressentir les émotions mieux que personne.

Plus qu’un thriller, un grand roman qui nous offre une réflexion intelligente et nous aide à nous poser de bonnes questions.

L’action rebondit à chaque page, de quoi en perdre de souffle, véritable page turner, impossible à lâcher. Le final est époustoufflant.

Attention, vous ne sortirez pas indemne de cette lecture.

C’est assurément, le meilleur Ingrid Desjours et une de mes trois claques de 2016 !

4ème Couv.

Votre pire prédateur : celui qui vous aura apprivoisé…

 » Torturez-la ! Violez-la ! Tuez-la !  » À la tête d’une ONG luttant contre le recrutement de jeunes par l’État islamique, l’ambitieuse Haiko est devenue la cible d’une terrible fatwa.
Lorsque sa mère – célèbre journaliste politique – engage Lars pour la protéger, le militaire tout juste revenu d’Afghanistan a un mauvais pressentiment. Sa cliente lui a-t-elle dit l’entière vérité sur ses activités ?
Dans cet univers où règnent paranoïa et faux-semblants, Haiko et Lars se fascinent et se défient tels deux fauves prêts à se sauter à la gorge, sans jamais baisser leur garde.

Editeur: Pocket, sortie le 13 octobre 2016, 448 pages

Le dragon du Muveran – Marc Voltenauer

J’ai A-DO-RE ce bouquin !

Un tout petit village dans les montagnes suisses.
La vie est calme et paisible jusqu’à la découverte d’un corps mutilé dans le temple.

Si vous aimez l’ambiance des polars nordiques, vous adorerez Le dragon du Muveran, qui est d’ailleurs présenté comme « Le polar nordique des Alpes Vaudoises ».  Le village de Gryon est superbement décrit, dans les moindres détails… les chalets, les alpages, les ruelles, les petites places… on a envie d’aller s’y promener.  Les habitants se connaissent tous, leurs secrets et leur passé éclairent une grande partie du récit.

Une intrigue machiavélique et haletante, une sombre histoire, des citations bibliques, une vengeance sordide, une humiliation, un châtiment divin….

Les personnages sont tous très attachants.  Un GROS coup de coeur pour l’inspecteur Andreas, flic homosexuel, qui vit sereinement avec son ami journaliste et leur gros chien.  Nous sommes loin des flics torturés, alcooliques, déprimés … juste un couple d’amoureux, mon dieu que cela fait du bien.

Ce roman est magnifiquement écrit, il m’a tenu en apnée jusqu’au dénouement final.

J’ai du mal à croire que c’est un premier roman, tant il est abouti.

Je trépigne d’impatience en attendant la suite des aventures de l’inspecteur Andreas.

Foncez sans hésiter, ce livre est une perle !!!

4ème Couv.

Sur l’autel, le corps nu d’un homme, bras en croix, orbites vides, un verset de la Bible planté au coeur. C’est le premier des meurtres rituels et Andreas Auer le sait. Son enquête commence, s’accélère, s’enlise. Et lentement, comme l’eau sous la glace, les mauvais souvenirs affleurent. Tout ce qu’on voulait oublier refait surface. Tout ce qu’on croyait mort. Ce pourrait être à Stockholm, Reykjavik, Fjällbacka ou Ystad, c’est à Gryon, un petit village trop tranquille des Alpes vaudoises où s’invente un nouveau genre de polar nordique.

Editeur: Slatkine et cie, sortie le 25 août 2016, 520 pages

Surtensions – Olivier Norek

Olivier Norek se bonifie au fil de ses romans.

Son premier roman, Code 93 est bon
Son deuxième roman, Territoires  est excellent
Son troisième roman, Surtensions  est une claque monumentale !

Surtensions nous emmène dans le milieu carcéral et de la justice.

Une plongée réaliste dans le monde des flics. Plusieurs histoires qui se chevauchent.

Mes nerfs ont été mis à rude épreuve au fil des pages et de cette montée en puissance, en violence, en surtensions.

Un livre qu’on ressent tout au fond de ses tripes et qui met K.O. à la fin.

Un gros coup de coeur !

Amateurs de polars, ne passez surtout pas à côté d’Olivier Norek !!!

 

4ème Couv.

PRIX Le Point DU POLAR EUROPEEN 2016 !

« Pas de clichés, pas de happy end. Son réalisme fait l’effet d’une gifle. » L’Express

« Avec Surtensions, le lieutenant du 93 passe à la vitesse supérieure. » Le Figaro

Cette sœur acceptera-t-elle le marché risqué qu’on lui propose pour faire évader son frère de la prison la plus dangereuse de France ? De quoi ce père sera-t-il capable pour sauver sa famille des quatre prédateurs qui ont fait irruption dans sa maison et qui comptent y rester ? Comment cinq criminels  un pédophile, un assassin, un ancien légionnaire serbe, un kidnappeur et un braqueur  se retrouvent-ils dans une même histoire et pourquoi Coste fonce-t-il dans ce nid de vipères, mettant en danger ceux qui comptent le plus pour lui ?
Des âmes perdues, des meurtres par amour, des flics en anges déchus : la rédemption passe parfois par la vengeance…
Olivier Norek pousse ses personnages jusqu’à leur point de rupture. Et lorsqu’on menace un membre de son équipe, Coste embrasse ses démons.

Editeur: Michel Lafon, sortie le 11 mars 2016, 505 pages

Les larmes de Pancrace – Mallock

Très grand cru !   Cuvée exceptionnelle !

C’est toujours un immense plaisir de retrouver Mallock et ses Chroniques Barbares.

Cette enquête débute lentement, elle se déguste comme grand vin.

Mais quel est le lien entre un grand cru bordelais, une malédiction datant de 1345, le moyen âge, les templiers, la peste noire, une politicienne prête à tout, un meurtre vieux de 30 ans, un meurtre récent, des secrets de famille, un juge et deux flics ?

Une fois de plus, Mallock nous offre une enquête brillante, intelligente, sans temps mort. Un grand thriller littéraire !

Sa plume est unique, sublime, raffinée, jubilatoire et poétique.

Découvrir et lire Mallock, c’est souffrir d’une addiction à vie.

Pourquoi les médias n’en parlent pas ? c’est un mystère et une grande injustice.

Il me reste le cinquième opus des Chroniques « Le principe de parcimonie » en réserve, je me le garde au chaud pour distiller le plaisir !

Si vous ne connaissez pas Mallock, de grâce, ruez vous sur ses Chroniques Barbares !

Dans la vie d’un amateur de thriller, il y a un avant et un après Mallock !

4ème Couv.

 » Sept morts dans sept siècles tariront votre lignée.  » À cet avertissement proféré en décembre de l’an 1345 à l’encontre du Viconte Pancrace d’Armuth par le dernier des Templiers, la mort de Jean de Renom fait aujourd’hui un écho lugubre. Abattu par balles sur les marches de sa propriété, le châtelain payerait-il les fautes de ses aïeux ?
Alors que les coteaux bordelais saignent le soleil en un nectar somptueux, Mallock sonde les racines du mal et goûte à un breuvage bien plus amer : l’éternel venin des âmes…
Dans cette enquête, secrets de famille, meurtres en chambres closes et ambitions inavouables s’entrelacent tels les tortueux sarments qui envahissent au printemps les vignobles de France.

Editeur: Fleuve, sortie le 11 février 2016, 512 pages