Bilan lecture – septembre 2018

10 livres lus, soit 4693 pages.

Waouh, je n’en reviens toujours pas ! Quel exceptionnel et extraordinaire mois lecture !

Un bilan plus que réjouissant !!!  Imaginez… J’ai commencé le mois avec deux énormes coups de coeur.  J’ai poursuivi avec deux très belles découvertes, suivies de deux déceptions. Bah oui, même si je choisis de mieux en mieux mes lectures, c’est pas gagné à chaque fois. Ensuite, boum boum ! deux nouveaux coups de coeur. Et je termine le mois avec la confirmation d’un talent que je suis depuis ses débuts et une très belle découverte.
Si je compte bien, 2 + 2 = 4 coups de coeur pour 4 auteurs que je ne connaissais pas, j’en jubile encore !!!
Alors, elle est pas belle la vie d’une serial lectrice ?

Allez, c’est parti pour un résumé de mes lectures. Comme d’habitude, les liens des chroniques se trouvent en bas de page.

Sa majesté les ombres – Ghislain Gilberti : COUP DE COEUR !
740 pages qu’on dévore en apnée à une vitesse incroyable, sans pouvoir décrocher un instant.
740 pages hallucinantes qui envahiront vos journées et raccourciront vos nuits.
740 pages à couper le souffle, bourrées d’adrénaline, d’action et de rebondissements.
740 pages d’une rare intensité qui décoiffent sec et balaient tout sur leur passage.
740 pages puissantes, noires et violentes qu’on referme à regret, on n’est pas prêt de les oublier !

Les marcheurs – Frédéric Mars : COUP DE COEUR !
Un thriller brillant et intelligent. Un parfait mélange entre Politique, Enquête et Emotion.
Un thriller qu’on ne lit pas, on le vit à 100% le coeur au bord de l’explosion !

Moi, témoin – Niki Mackay : La surprise que je n’attendais pas. Un thriller psychologique qui m’a embarquée complètement, lu d’une traite. Une belle réussite pour ce premier roman très prenant.

Parfois c’est le diable qui vous sauve de l’enfer – Jean-Paul Chaumeil : Le roman s’inscrit dans une actualité sensible mais se démarque de tous les autres abordant la radicalisation. L’auteur ose le pari risqué d’explorer l’autre face du terrorisme, la face cachée dont on parle si peu, les groupuscules d’extrême droite qui veulent plonger la France démocratique dans le chaos. Tout aussi terrifiant que l’extrémisme islamique. Excellent !

La rivière de l’oubli – Cai Jun : L’histoire est longue, très dense, elle se déroule sur vingt ans. Si elle démarre rapidement, elle est loin d’être linéaire, elle va et vient dans le temps sans aucune logique. L’enquête est très originale mais complexe et assez difficile à suivre. Le lecteur s’embrouille, il doit s’accrocher pour suivre la pensée « zigzagante » de l’auteur et les nombreux personnages. Pour les amoureux de la culture chinoise !

Délicieuse – Marie Neuser : Un roman inclassable entre le roman d’amour, la tragédie grecque et le thriller psychologique, un brillant exercice littéraire, un roman original, une plume exceptionnelle mais j’ai eu beaucoup de mal à m’accrocher à ce texte. C’est long, très long, un long monologue de 480 pages. Un roman qui fera le bonheur des psychanalystes, j’en suis certaine.

Dégradation – Benjamin Myers : COUP DE COEUR !
Un roman exceptionnel.  Les éditions du Seuil ont déniché une pépite noire. Un terrible roman … noir, macabre et décadent. Les vrais amateurs de noir vont l’adorer.

Sur le toit de l’enfer – Ilaria Tuti : COUP DE COEUR !
Un incroyable premier roman qui possède ce petit quelque chose de plus que les autres. Un thriller d’atmosphère d’une maîtrise impressionnante, comme si Ilaria Tuti était née avec une plume en or en main. Sur le toit de l’enfer possède ce supplément d’âme que j’aime tant. J’ai adoré la sensibilité toute particulière de l’auteure. Retenez bien son nom, elle va faire beaucoup de bruit dans les prochaines années.

Torrents – Christian Carayon : L’intrigue criminelle en toile de fond n’est qu’un prétexte pour aborder les thèmes chers à l’auteur : la famille, ses secrets et leur poids, les non-dits et leurs conséquences, l’enfance, ses blessures et ses rêves. La grande Histoire et ses liens avec nos petites vies, la collaboration et la résistance durant la seconde guerre, ses plaies et ses cicatrices, les horreurs commises en toute impunité à la libération.

La coupure – Fiona Barton : Un excellent thriller psychologique. L’histoire de trois femmes liées par un secret. Un entrefilet dans un journal va bouleverser la vie de ces trois femmes. Il relate la découverte d’un squelette de bébé sur un chantier, probablement enterré là depuis les années 80.

Je vous souhaite à toutes et tous d’excellentes lectures…
Soyez fous et déraisonnables, achetez des livres, beaucoup de livres, prêtez les,
empruntez les, peu importe, mais lisez, lisez, lisez… cela rend heureux !

Cliquez sur les titres pour lire les chroniques entières

Sa majesté des ombres – Ghislain Gilberti

Les marcheurs – Frédéric Mars

Moi, témoin – Niki Mackay

Parfois c’est le diable qui vous sauve de l’enfer – Jean-Paul Chaumeil

La rivière de l’oubli – Cai Jun

Délicieuse – Marie Neuser

Dégradation – Benjamin Myers

Sur le toit de l’enfer – Ilaria Tuti

Torrents – Christian Carayon

La coupure – Fiona Barton

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *