Bilan lecture – novembre 2018

8 livres lus, soit 3669 pages

Un magnifique et exceptionnel mois lecture, je jubile en écrivant mon bilan.  8 livres lus dont 4 gros pavés de plus de 500 pages. J’ai découvert 7 auteurs dans des genres complètement différents.
J’ai lu un roman mystère dont je ne peux vous parler pour l’instant.
Vous imaginez ? Un truc de ouf de dingue, c’est Noël avant l’heure, découvrir Mattias Köping, Armelle Carbonnel, Tim Willocks, Eric Marchal, Fiona Cummins et son premier roman, tout ça sur un mois…. dis donc, quel choc !  Elle est pas belle la vie d’une serial lectrice ? A l’heure où j’écris mon bilan, je termine juste Les heures indociles, je peux déjà vous dire que je l’ai refermé à regret, triste de quitter les personnages. Sinon, mea culpa, j’ai accumulé du retard dans mes chroniques, pas encore écrit celle sur La mort selon Turner, c’est promis, je m’y colle ce week-end.

Allez, c’est parti pour un résumé de mes lectures. Comme d’habitude, les liens des chroniques se trouvent en bas de page.

Promenons nous dans ce bois-Nele Neuhaus : Un ressenti en demi teinte pour moi. Un polar classique qui lorgne du côté du thriller psychologique. L’intrigue est bien ficelée, la plongée dans l’ambiance du village très réussie mais le roman souffre de beaucoup de longueurs !

Le manufacturier-Mattias Köping : Je n’avais encore jamais lu un thriller aussi percutant, je n’avais jamais vécu une telle expérience de lecture, ni pris une gifle aussi forte. A lire absolument, attention pour public averti.   Coup de coeur ? le mot est faible… je dis COUP DE FOUDRE !!!

Le collectionneur-Fiona Cummins : Un premier roman parfaitement maîtrisé, l’auteure apporte un « petit quelque chose » d’original et une touche de sensibilité particulière à l’histoire. Un page turner glaçant de 509 pages qui ne nous laisse aucun répit et se lit quasi d’une traite tant la mécanique est bien huilée. 100% glaçant, 100% plaisir !

Sinestra-Armelle Carbonel : Une merveille… une charge émotionnelle dévastatrice !
Armelle Carbonel a tout compris de la littérature, elle nous offre une vraie leçon d’écriture. Un voyage envoûtant qui vous sortira de votre zone de confort, un voyage dont vous vous souviendrez longtemps.

La mer qui prend l’homme-Christian Blanchard : Mal de mer garanti, vous voilà prisonnier des vagues dans un huis clos glaçant. Entre les secrets, les histoires de vengeance et de paranoïa, rien ne se passe comme prévu, les choses vont sérieusement déraper jusqu’au bain de sang. Tension, violence larvée, histoire bien ficelée mais bémol pour la fin, il m’a manqué quelque chose.

La mort selon Turner-Tim Willocks : Un western en Afrique du sud. Quand le bien affronte le mal. C’est très noir, sanglant, puissant, épique, ça vous coupe le souffle !

Les heures indociles-Eric Marchal : Si vous aimez Ken Follet, vous allez adorer !
Un médecin, une suffragette, un aristocrate excentrique, trois rebelles qui font trembler l’Angleterre. Intrigues, aventures, passions, rebondissements. 100% plaisir de lecture garanti. Truculent, foisonnant, passionnant, addictif.

Un livre mystère dont je ne peux rien dire pour l’instant, il sortira en mars 2019

MERCI A VOUS DE ME SUIVRE !

Je vous souhaite à toutes et tous d’excellentes lectures…
Soyez fous et déraisonnables, achetez des livres, beaucoup de livres, prêtez les,
empruntez les, peu importe, mais lisez, lisez, lisez… cela rend heureux !

Cliquez sur les titres pour lire les chroniques entières

Promenons nous dans ce bois – Nele Neuhaus

Le manufacturier – Mattias Köping

Le collectionneur – Fiona Cummins

Sinestra – Armelle Carbonel

La mer qui prend l’homme – Christian Blanchard

Les heures indociles-Eric Marchal : ma chronique arrive tout bientôt.

La mort selon Turner-Tim Willocks : ma chronique arrive tout bientôt.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *