ADN – Yrsa Sigurdardöttir

Ce thriller islandais a été élu meilleur thriller de l’année au Danemark et en Islande.

Il s’agit du premier volet d’une série de trois, réunissant un inspecteur de police Huldar et une psychologue Freya autour d’une sordide affaire de meurtres.

Des meurtres violents secouent l’Islande, d’une barbarie à vous retourner les tripes. Elisa, une jeune mère est assassinée chez elle. Sa petite fille de 7 ans assiste à son meurtre, complètement traumatisée, elle se mure dans le silence.  Une psychologue pour enfants va l’interroger pour tenter d’en apprendre plus. C’est la seule piste dont dispose la police.  Karl, un jeune cyber-amateur reçoit d’étranges messages codés, des séries de chiffres.  D’autres meurtres surviennent assez vite, une professeure de biologie retraitée est sauvagement assassinée. Les flics mènent l’enquête et cherchent ce qui relie les victimes, mais ils piétinent. Doivent ils soupçonner le cyber amateur ou le mari d’Elisa ?

Les meurtres sont effrayants, cruels et horribles, attention l’auteure ne nous épargne aucun détail, âme ou coeur sensible s’abstenir, vous risqueriez de ne plus oser mettre un pied dans votre cuisine, ni de vous servir de votre électroménager.

Des personnages bien campés, un suspense constant, une enquête déroutante, difficile, ficelée à la perfection.
Si le rythme est lent, le livre se lit vite, sans être un page turner.  Le lecteur émet timidement quelques hypothèses, il s’accroche et tente d’y voir clair mais le brouillard est dense et la pelote de laine bien trop emmêlée.

Les fils se dénoueront et  la lumière apparaîtra dans les dernières pages.  L’auteure nous offre une fin surprenante à cent lieues de ce qu’on a imaginé, un dénouement impossible à deviner.

Une très bonne lecture, une belle réussite sans être le coup de coeur attendu par le battage médiatique.
Le reproche que je ferais à l’auteure, c’est que je n’ai pas retrouvé l’ambiance si particulière de la société islandaise (nous sommes loin du grand maître Arnaldur Indridason), au final, ADN pourrait se passer dans n’importe quel pays. Dommage.

Je remercie chaleureusement les éditions Actes Sud pour leur confiance.

4ème Couverture

Elísa Bjarnadóttir méritait d’être punie. Elle devait payer. Mais quelle faute pouvait justifier une telle violence ? On vient de retrouver la jeune femme à son domicile, la tête entourée de gros scotch, exécutée de la façon la plus sordide. L’agonie a dû être atroce. Sa fille de sept ans a tout vu, cachée sous le lit de sa mère, mais la petite se mure dans le silence. Espérant l’en faire sortir, l’officier chargé de l’enquête se tourne alors vers une psychologue pour enfants. C’est sa seule chance de remonter jusqu’au meurtrier. Ce dernier n’a pas laissé de trace, juste une incompréhensible suite de nombres griffonnée sur les lieux du crime. Alors que les experts de la police tentent de la déchiffrer, un étudiant asocial passionné de cibi reçoit à son tour d’étranges messages sur son poste à ondes courtes. Que cherche-t-on à lui dire ? Sans le savoir, il va se retrouver mêlé à l’une des séries de meurtres les plus terrifiantes qu’ait connues l’Islande.

Editeur: Actes Sud (coll. Actes Noirs), 416 pages, date sortie: 3 janvier 2018

3 réflexions au sujet de « ADN – Yrsa Sigurdardöttir »

  • 28 février 2018 à 21 h 10 min
    Permalink

    Bonsoir Nadia,
    J’ai aussi passé un bon moment mais j’aurai pu attendre la sortie poche, pas un coup de coeur !
    Bonne soirée !
    Louise

    Répondre
    • 1 mars 2018 à 9 h 00 min
      Permalink

      Tout comme moi ! nous sommes des incurables serial lectrices, donc forcément nous alternons les coups de coeur, les bonnes lectures, les moyennes et les déceptions aussi ! de belles lectures pour toi !

      Répondre
  • Ping : Bilan lecture février 2018 - Livresse du Noir

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *