Ne prononcez jamais leurs noms – Jacques Saussey

Ne prononcez jamais leurs noms – Jacques Saussey

Jacques SAUSSEY est un tout grand monsieur du polar, ça je le savais déjà pour avoir lu tous ses livres. Avec son dernier opus, il a hissé la barre très très haut. Mais jusqu’où va t il grimper ?

Nous retrouvons avec plaisir le capitaine Magne et la lieutenant Lise Heslin face à un terrifiant psychopathe. Ce livre est la suite de LA PIEUVRE, mais il peut aisément se lire seul, sans aucun souci de compréhension.

L’histoire démarre très vite, dès les premières pages. Une énorme explosion dans un train, suivie d’une course poursuite de folie. Le compte à rebours est lancé… aucun répit à espérer !

L’intrigue est magistrale, magnifiquement ficelée et le suspense insoutenable nous tient en haleine du début à la fin.

La magnifique plume de Jacques Saussey s’améliore de livre en livre, les chapitres sont courts et l’alternance de trois voix narratives rend la lecture très captivante et nous balade à travers une incroyable palette d’émotions.

La grande force de ce roman est de nous faire pénétrer dans la tête d’un tueur de la pire espèce, jusqu’au tréfond de son âme, à travers son journal.  Nous assistons page après page à la naissance d’un monstre habité par le mal, la folie et l’esprit de vengeance.

L’angoisse, la peur, la violence nous secouent jusqu’au fond de nos tripes et la tension va crescendo jusqu’au final explosif.

D’un côté la violence, la noirceur, le trash, l’hémoglobine et de l’autre la profondeur, la psychologie fouillée des personnages, la sensibilité et l’humanité… un étonnant mélange, très réussi.

Ce livre est un joyau, une véritable pépite, une réussite totale, un chef d’oeuvre du genre !

Que dire de plus face à un tel talent ? Oh my god !!!!

Enormissime coup de coeur ❤️❤️❤️❤️

4ème Couv.

« Le train roulait de plus en plus vite. II passa sur un aiguillage qui le fit tanguer comme un navire pris dans les vagues d’un chenal agité par le vent. Les yeux écarquillés de Karine s’abaissèrent vers le plancher. Sous le siège 66, la poignée du sac avait basculé en pleine lumière. Elle s’accroupit et le tira vers elle, et ce fut soudain comme si elle avait pu voir au travers du tissu. Comme si cette forme oblongue qui le déformait lui avait murmuré quelques mots funestes à l’oreille. Elle eut juste le temps de prendre une profonde respiration pour pousser un hurlement. Et puis le monde s’éteignit dans un grand éclair blanc. » Ne prononcez jamais leurs noms est la sixième enquête du Capitaine Daniel Magne et du Lieutenant Lisa Heslin. Certainement la plus dangereuse…

Editeur: Toucan (coll. Toucan noir), 496 pages, sortie le 11 janvier 2017

Brutale – Jacques Olivier Bosco

Brutale – Jacques Olivier Bosco

Alerte COUP DE COEUR ABSOLU  ❤️❤️❤❤️❤️ !!!

Lise est une excellente flic, hors norme et atypique.
Elle est belle et sexy.
Elle est Brutale, violente, dure, sauvage, borderline.
Elle cogne dur, jusqu’au sang, elle a la haine, elle a la rage.
Une vraie tête brûlée, qui flirte sans cesse avec les limites, elle enfourche sa bécanne pour filer à 260 km/h.
Elle n’a peur de rien, sauf de ses démons intérieurs, elle essaie d’expurger La Bête en elle.

Je suis tombée en amour avec Lise, elle est touchante, on a envie de la serrer dans ses bras pour lui dire « je t’aime, tout va s’arranger ».
Jamais, je n’ai rencontré une héroïne aussi forte dans un thriller, peut être Lisbeth Sallander qui s’en approche.

Toute l’histoire se vit à travers Lise et ses choix, on tremble à ses côtés, elle porte tout le roman sur ses épaules, au cinéma on dirait qu’elle crève l’écran !

Et mon dieu, quelle histoire !!!

Une enquête époustoufflante, très prenante, aux ramifications multiples.

Qui sème des cadavres de jeunes vierges vidées de leur sang ? Qui a mitraillé un groupe de gendarmes lors d’un contrôle routier, blessant mortellement un gendarme, le frère de Lise ? Qui a enlevé la jeune nièce de Lise ?

Lise va mener l’enquête, une course contre la montre. Elle rencontre un personnage bien connu des amateurs de JOB, Le Cramé, elle s’associe avec lui pour infiltrer des gangs russes. Quelle heureuse surprise pour les lecteurs !

De l’action, du suspense qui file à 300 à l’heure, -n’essayez même pas de poser votre livre, vous n’y arriverez pas- aucun temps mort, des personnages hauts en couleurs.

Et toujours la plume incroyable de JOB, avec les mots qui claquent en pleine face, de livre en livre elle se bonifie pour devenir plus incisive et brute, du grand art.

J’ai adoré mes deux premières lectures de Jacques Olivier Bosco (Le Cramé et Quand les anges tombent ), lire JOB, c’est devenir immédiatement addict ! mais en terminant BRUTALE, je suis K.O. et sans voix face à un tel talent. Le meilleur JOB à mon avis !

A quand la suite des aventures de Lise, une telle nana ne peut décidément pas disparaitre au bout d’une enquête. Vous n’allez pas nous faire ce coup là, hein, Monsieur JOB ?

Courez, foncez chez votre libraire pour acheter cette bombe et attendez d’avoir une journée devant vous pour commencer votre lecture !

4ème Couv.

Elle est jeune. Elle est belle. Elle est flic. Elle est brutale.
Des jeunes vierges vidées de leur sang sont retrouvées abandonnées dans des lieux déserts, comme dans les films d’horreur. Les responsables ? Des cinglés opérant entre la Tchétchénie, la Belgique et la France. Les mêmes qui, un soir, mitraillent à l’arme lourde un peloton de gendarmerie au sud de Paris.
Que veulent-ils ? Qui est cet  » Ultime  » qui les terrorise et à qui ils obéissent ?
Face à cette barbarie, il faut un monstre. Lise Lartéguy en est un. Le jour, elle est flic au Bastion, aux Batignolles, le nouveau QG de la PJ parisienne. La nuit, un terrible secret la transforme en bête sauvage. Lise, qui peut être si douce et aimante, sait que seul le Mal peut combattre le Mal, quitte à en souffrir, et à faire souffrir sa famille.

Editeur: Robert Laffont (la Bête Noire), 416 pages, sortie le 19 janvier 2017

Le premier miracle – Gilles Legardinier

Un savant mélange d’aventure, d’histoire, d’ésotérisme mêlant émotions et sentiments, le tout saupoudré d’une bonne dose d’humour.

Un pari risqué ? Oui… mais un pari gagné car Gilles Legardinier est un fabuleux conteur dont le talent n’est plus à démontrer.

Nous sommes happés dès premières pages et il est bien difficile de lâcher cette histoire en cours de route.

Une enquête sur le vol d’objets historiques nous fera voyager aux quatre coins de la planète, entre différentes époques, de l’Egypte ancienne au 3ème Reich et entre les mystères de la Science et de l’Histoire.

L’intrigue est complexe et fascinante, elle nous scotche de la première à la dernière page. L’auteur a fait un énorme travail de documentation pour nous faire découvrir des pans entiers de l’histoire de l’humanité, sans nous ennuyer une seule seconde.

Les deux personnages principaux sont hyper attachants et très humains. Benjamin, l’universitaire à l’humour décalé et Karen, l’agent sérieux d’un service de renseignement. Entre eux, l’humour est omniprésent, les dialogues et jeux de mots font mouche à chaque fois. Tout les oppose et pourtant ils vont vivre une incroyable histoire.

Un divertissement intelligent, efficace, amusant et passionnant qui nous entraîne de rebondissements en surprises et en découvertes hallucinantes.

Un vrai bon moment de lecture pour s’évader complètement de son quotidien. Ne boudez pas votre plaisir !!!

4ème Couv.

Karen Holt est agent d’un service de renseignements très particulier. Benjamin Horwood est un universitaire qui ne sait plus où il en est. Elle enquête sur une spectaculaire série de vols d’objets historiques à travers le monde. Lui passe ses vacances en France sur les traces d’un amour perdu. Lorsque le vénérable historien qui aidait Karen à traquer les voleurs hors norme meurt dans d’étranges circonstances, elle n’a d’autre choix que de recruter Ben, quitte à l’obliger. Ce qu’ils vont vivre va les bouleverser. Ce qu’ils vont découvrir va les fasciner. Ce qu’ils vont affronter peut facilement les détruire… Avec ce nouveau roman, Gilles Legardinier allie pour la première fois tous les talents qui ont fait de lui un exceptionnel auteur de best-sellers. Aventure, intrigue fascinante et humour nous entraînent aux confins des mystères de la science et de l’Histoire.

Editeur: Flammarion, 544 pages, sortie le 5 octobre 2016

L’affaire Caravaggio – Daniel Silva

L’affaire Caravaggio – Daniel Silva

Face à l’insistance de mon libraire, j’ai craqué, tout en sachant que l’espionnage n’est pas trop ma tasse de thé (mais que dis je ? j’ai adoré « Je suis Pilgrim »)

Moitié polar, moitié espionnage, l’auteur nous offre une intrigue complexe aux ramifications géopolitiques.

On découvre le monde fermé de l’art, du trafic de tableaux célèbres volés, des faussaires, la politique et la finance et ça donne froid dans le dos !

Nous voyageons à Venise, en Corse, à Londres, Paris, Genève, Tel-Aviv pour suivre notre héros récurrent, l’agent secret Gabriel Allon, à la recherche d’un Caravage volé.

Le scénario est bien construit, l’action, les rebondissements et l’humour sont au rendez vous.

Lecture fort agréable et plutôt captivante mais petit bémol: un peu trop de blabla et d’anecdotes sur les peintres, leurs oeuvres et leurs parcours, trop de détails sur la restauration des tableaux. Assez fouilli et décousu par moments, avec de nombreux personnages et ramifications.  Et la fin est assez décevante.

Pour les amateurs du genre et du monde de l’art, je le recommande chaudement.

4ème Couv.

Chargé d’enquêter sur le meurtre d’un ancien diplomate reconverti dans le trafic d’art, Gabriel Allon ― espion et restaurateur de tableaux à ses heures ― découvre que la victime a récemment eu entre les mains un chef-d’œuvre volé une dizaine d’années auparavant, une Nativité peinte par Le Caravage. Il comprend que cette affaire, bien plus complexe qu’il ne le pensait, a de stupéfiantes ramifications financières en lien avec la situation politique explosive du Proche Orient.
De Genève à Tel-Aviv, en passant par Venise et Paris, il va tisser un piège implacable et ingénieux. Avec un double objectif : retrouver le tableau du Caravage et surtout, porter un coup fatal aux intérêts financiers de l’un des hommes les plus cruels et puissants de la planète.
Dans ce roman d’espionnage au rythme et à l’inventivité diaboliques, Daniel Silva fait émerger les enjeux de notre monde actuel. Quant à son personnage Gabriel Allon, il mérite sans conteste de figurer au Panthéon des grands agents secrets de la littérature, au côté de George Smiley, Jack Ryan, Jason Bourne et Simon Templar.

Editeur: HarperCollins (Mosaïc poche), 512 pages, sortie le 1er juin 2016

Manhattan Marilyn – Philippe Laguerre

Manhattan Marilyn – Philippe Laguerre

Mon dieu que j’ai adoré ce bouquin !

L’histoire démarre sur les chapeaux de roue, dès la première page on est plongé dans l’ambiance New Yorkaise.

Le mythe de l’icone Marilyn et son fameux secret, les enjeux d’état, un vaste complot, des révélations surprenantes, une mystérieuse organisation toute puissante, le FBI, la mafia… voilà les ingrédients de ce redoutable page turner.
Pas besoin d’être fan de Marilyn pour apprécier cette course poursuite effrénée dans les rues de New York.

Ce n’est pas un livre qui se lit, il se dévorre à la vitesse du TGV… Le rythme est rapide et s’accélère de plus en plus au fil du récit. Nos deux héros embringués dans cette aventure, Michael, le milliardaire et Kristin, une ancienne militaire ne souffleront pas une seule seconde et nous non plus d’ailleurs, j’ai dû poser ma lecture quelques fois pour éviter l’infarctus.

Il fallait oser ce pari audacieux d’écrire un thriller sur un mythe cent fois ressassé, c’est réussi et cela tient la route !
C’est intelligent, dynamique, addictif, bourré d’adrénaline et de rebondissements. En plus, j’ai adoré la plume de l’auteur, vive et efficace.

En refermant le livre (à regret), on se pose la question: et pourquoi pas ?

Attention: ne commencez pas ce thriller trop tard le soir sous peine d’écourter fortement votre nuit !!!

4ème Couv.

Ancienne Marine en Irak, Kristin Arroyo découvre dans les affaires de son grand-père décédé – un célèbre portraitiste – des clichés inédits de Marilyn Monroe. Aidée par un photographe, elle décide de monter une exposition.

Malheureusement, rien ne se passe comme prévu : une mystérieuse organisation s’en prend à eux. Pourchassée, traquée, la jeune femme va rapidement comprendre que son destin est lié à celui de Marilyn Monroe et s’efforcer de reconstituer les derniers jours de l’égérie hollywoodienne afin de percer le mystère qui entoure sa disparition.

Editeur: Critic, 348 pages, sortie le 19 mai 2016

Happy valley

 Attention chef d’oeuvre pour cette remarquable série made in England !

Véritable uppercut !  Tout est parfait !

L’actrice principale Sarah Lancashire est magistrale, criante de vérité, elle porte la série sur les épaules.

Le scénario est excellent, intelligent, réaliste.
Le rythme est parfait, de l’action, oui et quelle action !mais des moments plus calmes pour reprendre son souffle.
La psychologie des personnages est fouillée jusqu’au fin fond de leurs blessures.
Le suspense est omniprésent, la tension ne se relâche pas une seconde.

Nous sommes en haleine du début à la fin… immergés à 100% dans l’ambiance glauque de ce drame social à l’anglaise et nous passons par toute la palette d’émotions possible.

Et pour ajouter une qualité, cette série est magnifiquement filmée.
J’ai dû me faire violence pour ne pas regarder les deux saisons (12 épisodes au total) en deux jours, j’ai tenu 3 jours !

Percutante, incisive, sombre, brillantissime, intense… un bijou que je vous conseille fortement.

Du très grand art, bien supérieur à la série anglaise Broadchurch. La prochaine série que je regarderai, quelle qu’elle soit, me paraîtra bien fade !

Bon, vous savez ce qu’il vous reste à faire ?

Résumé

Dans une petite bourgade au milieu des vallées du Yorkshire, un enlèvement tourne mal. Le lieutenant Catherine Cawood est en charge de cette affaire qui coïncide avec la sortie de prison et le retour en ville de l’homme qu’elle juge responsable du suicide de sa fille 8 ans plus tôt… Cette enquête la replonge dans un passé très sombre, et devient rapidement une affaire personnelle.

Tabous – Danielle Thiéry

Tabous – Danielle Thiéry

Nouvelle enquête pour la commissaire Edwige Marion, aidée cette fois par une jeune et impulsive psycho-criminologue Alix de Clavery.

TABOUS démarre comme une enquête policière classique, avec deux histoires en parallèle. D’un côté, une mère et son bébé disparaissent d’une maternité; de l’autre, un jeune malfrat percute une mamy avec son scooter volé et se réfugie chez elle en empruntant son identité.

L’enquête classique se transforme vite en polar psychologique qui aborde les secrets et violences familiales sous leur côté le plus sombre.
Vous en dire plus serait un crime et de grâce, ne lisez pas toutes les chroniques qui vous spoilent le récit de long en large, vous gâcheriez 100% de votre plaisir de lecture !

L’auteure a l’art de nous balader sans cesse d’une histoire à l’autre, de brouiller les pistes pour maintenir ainsi un état de tension permanent chez le lecteur. Deux intrigues à dénouer, quand et comment vont elles se rejoindre ? Quel est le lien entre ces deux histoires ?

Nous suivons l’enquête en temps réel, le récit est très réaliste, dans les moindres détails, on sent que Danielle Thiéry a été commissaire divisionnaire, elle sait de quoi elle parle.

Les chapitres sont courts, l’écriture belle et fluide, les pages se tournent toutes seules. Le lecteur est tenu en haleine jusqu’au magnifique final.

L’insoutenable et terrifiante vérité va nous apparaître par petites touches et nous secouer jusqu’à la nausée, même si Danielle Thiéry aborde son récit avec beaucoup de pudeur, de tact et de sensibilité, sans aucune surenchère gratuite.

Un polar incontournable !!!

4ème Couv.

A quelques jours de Noël, Celia Lapone et son bébé de quatre mois disparaissent brutalement d’une maternité. Le père de l’enfant, issu d’une puissante famille iranienne, est introuvable. L’affaire est complexe. La Pj de Bordeaux décide d’appeler en renfort , l’OCRVP de Paris. Edwige Marion, la directrice du service, se rend immédiatement sur place avec son équipe et la jeune psychocriminologue Alix de Clavery. C’est l’occasion pour la nouvelle recrue, spécialiste des crimes sur enfants, de s’imposer face aux priori, et de faire ses preuves sur le terrain. lors que l’enquête des forces de police se heurte à la puissance es tabous, Alix va découvrir une vérité plus terrifiante encore.

Editeur: Flammarion, 352 pages, sortie le 21 septembre 2016

Roland est mort – Nicolas Rolin

Roland est mort – Nicolas Rolin

Une exception à la règle, je ne vous parlerai pas d’un thriller ou d’un roman noir.

J’ai eu envie de terminer l’année avec ROLAND EST MORT et il m’est impossible de garder mon ressenti pour moi !

Un JOYAU, une PEPITE, une MERVEILLE, un OVNI littéraire de 185 pages.

Original
Drôle
Triste
Tendre
Touchant
Cocasse
Sensible
Mélancolique
Caustique
Cynique
Atypique

Nos petites vies, nos espoirs et nos solitudes découpés en tranches grâce une écriture d’une force inouïe.

Lisez le !!!!

4ème Couv.

Roland est mort. Les sapeurs-pompiers l’ont retrouvé la tête dans la gamelle du chien. Ils viennent enlever le corps et se débarrassent du caniche en le confiant à son voisin de palier, un homme proche de la quarantaine, au chômage, très seul. Roland est mort depuis une semaine. Son voisin ne le connaissait pas vraiment, mais il aurait dû s’en douter : il n’entendait plus les chansons de Mireille Mathieu, derrière le mur. II écope du chien, puis de l’urne contenant les cendres du défunt. Que faire de ce lourd héritage chargé de poils et de céramique ? Le voisin va tout tenter pour s’en débarrasser, mais en a-t-il vraiment envie ? Ce livre est un ovni. La force des mots, l’immense sensibilité qui s’en dégage font qu’il laisse une trace et qu’on le quitte avec regret.

Editeur: Anne Carrière, sortie le 17 mars 2016, 182 pages